samedi 22 avril 2017

Livres lus ou relus (terminés entre le 14 et le 20/4)

- Simon Hureau et Pascal Rabaté, Crève saucisse, Futuropolis, 2013
- RIP, Revue Critique et Clinique de poésie, 1.1, Poésie va pas tous mourir, 2016
- Uljana Wolf, Analogue des oranges, traduit de l'allemand par Pascal Poyet, Contrat maint, 2017
- Jacques Jouet, Pa... En..., Jorinde & Joringel, 2016 (traduction danoise de Steen Bille Jorgensen)
- Fabienne Raphoz, Parade au paradis (des paradisiers), L'Ours Blanc n°9, Héros Limite, 2016
- Georges Perec, Beaux présents, belles absentes, Seuil, 1994
- Pierre Alferi, Les allures naturelles, POL, 1991

- François Arnal, Raymond Queneau, Histoire d'un livre, Actes sud, 2002

1- Hureau et Rabaté joueent, sous forme noire, et un peu ironique, avec la bande dessinée d'aventures de notre enfance, référence à Gil Jourdan, ligne claire, narration classique: un hommage.
2- RIP est un objet étrange, quasi anonyme (il faut chercher les auteurs sous le rabat de couverture), qui tisse les textes dans un système de référencements complexe. Une belle expérience de lecture.
3- Uljana Wolf joue entre prose et vers un texte mystérieux pour moi, assez difficile, entre les langues. A reprendre, avec l'autre opus de la même auteur dans cette livraison de contrat maint. Une résistance.
4- Jacques Jouet a entrepris d'écrire un poème pour chaque personne. Une écriture quotidienne, simple, souvent objective. Il y a quelque chose de l'ordre de l'exercice d'écriture continue chez JJ (poèmes de métro, feuilleton, etc.).
4- Je ne connais pas le travail de Fabienne Raphoz, que j'ai vu lire il y a peu,  à L'autre rive, à Nancy, dans le cadre de Poema. Ici, le texte d'une conférence sur les oiseaux comme motif poétique, les oiseaux de Paradis, c'est riche et référencé. A creuser (le prétexte semble en être un autre livre paru chez Héros-Limite, Jeux d'oiseaux dans un ciel vide)
5- Poèmes de circonstances, de GP, cadeaux anagrammatiques: dextérité, travail du genre et c'est un régal: "Ça ne rime à rien ce machin, ce bric-à-brac? / macache bon, je m'en fiche! "
6- Retour sur le premier livre-de-poésie de Pierre Alferi, toujours touché, toujours pile. "[...] lecture où / la clarté / n'est pas affaire de profondeur / et d'analyse mais de vitesse / et d'angle".
7-  Je n'avais jamais entendu parler de ce livre de Queneau et Arnal, beau cadeau avalé aussi sec: livre vite, comme une travail d'échos entre texte et image, image et image, schéma et schéma: c'est simple, presque un travail brouillonné, et ça marche: comment le livre se construit, autour de ce centre mouvant de lien écrit-dessiné. Un livre pour enfant, d'enfance de la lecture, de l'écriture. C'est très beau.
8- Lire en pointillé, sourdine.


lundi 17 avril 2017

Livres lus ou relus (terminés entre le 7 et le 13 /4)

- L'entretien, 01, Éditions du sous-sol, 2016
- David Lespiau, Carabine souple, L'Ours Blanc, 13, Héros Limite, 2016
- Patriotisme, 2016

1- Trois revues, de fait. Différentes.
2- L'entretien, comme son nom l'indique, dirigée par Laure Adler et Alain Veinstein. L'entretien comme genre: reprises de conversation sur France Culture, avec des parties inédites. L'écrit.
3- Je retiens surtout: Yves Bonnefoy (que je connais très mal), Françoise Héritier, Antonio Lobo Antunes (que je ne connais pas du tout) et Bernard Noël (que j'ai envie de relire).
4- L'Ours Blanc propose toujours un texte d'un seul auteur. Un livre bref. Un chapbook. Et de beaux titres.
5- Un étrange western, qui joue avec le récit, le collage, le genre (dialogue), très drôle. A relier aux autres travaux de Lespiau, trouver comment.
6- Patriotisme me met mal à l'aise. D'abord, parce que j'ai du mal avec l'ironie bleu-blanc-rouge qui s'affiche, parce que je ne saisis pas où je suis en connivence. Ensuite, parce que les influences perceptibles sont mal décantées, les textes finalement assez peu intéressants, ne me laissent pas de trace. Cela dit, on sent dans ce travail collectif une envie, un désir de travail, avec quelques rapports intéressants. Des jeunes gens, je vieillis?
7- La revue est un espace de travail précieux, tant pour l'auteur que pour le lecteur (se faire l’œil, rapide).

dimanche 16 avril 2017

Livres lus ou relus (terminés entre le 31/3 et le 6/4)

- Roger Giroux, Ptères, Unes, 1985

1-Un beau petit objet, minuscule.
2- Une liste de coléoptères, un par vers.
3- Une rythmique, une ponctuation.
4- Une chute (un gag?).

Livres lus ou relus (terminés entre le 24 et le 30/3)

- André du Bouchet, Orion, Deyrolle, 1993
- Michèle Métail, La ville, de la ville (plan parcellaire), Contrat Maint, 2001

1- Je connais mal André du Bouchet. Deux textes sur la peinture (ekphrasis en question, pour moi):  Poussin et Tal Coat. Un autre livre du même sur la peinture, qu'il faudrait que je lise, qui est là, entre deux livres.
2- " et peinture, le seuil                                                                               en mouvement"
3- Relecture, sur un conseil, de Métail (oublié, et le premier tiré, magie, de la boîte où sont stockés la plupart des Contrat maint): la brièveté du vers, la datation. Très beau. Analogique.

Livres lus ou relus (terminés entre le 17 et le 23/3)

- Rien.

1- Toutes les listes se doublent d'une liste plus large de picorages: livres ouverts, commencés, parcourus à la va-vite, recherches, désirs de lecture, incipit envolés...
2- Travail prenant: temps rongé réduisant les moments de lecture.
3- La vie de la bibliothèque. Il serait intéressant de repérer les mouvements, les déplacements. Comme topographier une dune.
4- Une drôle de cuisine.

samedi 15 avril 2017

Livres lus ou relus (terminés entre le 10 et le 16/3)

- Anne Maurel, Avec ce qu'il resterait à dire, Hippocampe, 2016

1- Certains livres on besoin de leur temps, leur moment, pour trouver leur place de lecture.
2- Certains livres se trouvent en parfaite résonance avec leurs circonstances de lectures: échange de liens, pertinence exacte, adéquation... Mais c'est sans doute un moment rêvé: le désir qui se met entre le livre et le lecteur. Une suite de hasardsvolontaires.
3- Après avoir acheté ce livre, j'ai lu le Giacometti de Genet, non comme un préalable, mais parce que l'acquisition du volume avait proposé le moment de l'autre, par ricochet.
4- La bibliothèque de Warburg.
5- Des prétextes: une minuscule figurine de Giacometti, une anecdote biographique amoureuse, une suite de photographies d'Eli Lotar: en fabriquer un essai fiction, une étude romancée sur l'artiste, l'acte créateur. Relier des fils, tisser quelque chose, en faire un livre magnifique - parce qu'il touchait, là, à ce moment précis, ce qui justement me touchait, peut-être.
6- "Il ne faut pas longtemps pour que les traits d'un visage s'effacent, et glissent à l'oubli." (recréer, relier, figurer)
7-"Il avait tout essayé, même le travail de mémoire, la nuit, avec le souvenir de la pose tout entière, dans une immobilité parfaite, sans cette quantité d'accidents enchevêtrés, de minuscules frémissements qui composent un visage et empêchent la figuration du tout par trop d'attention minutieuse aux détails. Il avait échoué."
8- De cette myopie, faire un récit mouvant. Flottant.


vendredi 14 avril 2017

Livres lus ou relus (terminés entre le 3 et le 9/3)

- Pascale Petit, Sharawadji, Manuel du jardinier platonique, L'inventaire, 2010
- Claude Esteban, Élégie de la mort violente, Flammarion, 1989
- Ed Mc Bain, Entre deux chaises, traduit de l'américain par J. Fillion, Gallimard, 1965

1- Pascale Petit construit un petit jardin, lors d'une résidence, ce livre rend compte de cette expérience. Entre exercices de style, carnet de notes sur botanique et campagne, calepin saisonnier, rêverie, encyclopédie domestique... Lecture du bus, avec le plaisir de picorer.
2- Je connais mal le travail de Claude Esteban, envie de relire et de creuser un peu plus. Proses de mémoires, presque haïkus, long poème, un travail d'élégie, de souvenir pugnace, qui touche juste: "On marche dans ce corps / à moi.On veut / piétiner le silence".
3- Ed Mc Bain, loin du 87 ème district, dans un roman qui peut évoquer 1275 âmes. Pas de jeu sur l'attente, le suspense, c'est cousu de fil blanc, un roman noir, où seul importe le rapport du narrateur avec ce qu'il a fait, dans sa vision un peu tordue des choses. J'en aime beaucoup le titre anglais (américain?): He who hesitates.